30/09/2007

Soledad Bravo - Paloma Negra (2001)

«Spain-born and Venezuela-raised Soledad Bravo has been one of the leaders of the nueva cancion (“new song”) movement that swept through Latin America in the '70s and '80s. Although equally proficient at singing traditional and popular songs, Bravo made her greatest impact as a protest singer. According to Billboard, “her voice is an exceptional instrument”. The Diario, a newspaper in Madrid, claims “her voice captivates you, the range is so wide and its strength is amazing”.» (AMG, read more)

«Listening to this collection of 13 south-american standards, you'll immediately find out that Soledad Bravo is one of the best female singers in the Central and South American territory. Her fresh and intense vocal timbre on these recordings is immeasurably moving. Soledad Bravo is the only Latin singer able to go from a style to an other, epitomizing the fusion of beautiful poetry and unique singing in an extraordinarily varied programme of canciones latino-americana (from argentinian tango to mexican bolero, from ranchera to venezuelan folklore...). Intense emotions and heavy thrills from these classical refrains that sound even better with the lights off (Silvio Rodriguez's “La Maza”, or Carlos Jobim's “Eu sei que vou te amar” are pure gems!). Truly exceptional! And let's add a superlative that should only be used with great forethought and care: Essential!» (Calabash Music: click for more)

«Soledad Bravo responde auténticamente al concepto de intérprete. Más que cantar cada una de sus canciones – que también lo hace, con voz caprina, poderosa y brillante – , las interpreta, las actúa, las vive, las hace suyas. Y en un mismo disco, dedicado a sonoridades americanas, ofrece versiones personales de temas de toda la vida, respaldada casi apenas por las cuerdas de la guitarra. Apuesta así por el minimalismo, por la vieja fórmula de peñas y canturreos, y sortea esa falta de aderezo con calidad y sale entera. Entrega – entre otros ejemplares- un pasillo hermoso (el clásico “Sombras” de Carlos Brito), una ranchera desgañitada (“Paloma negra”) y un delicado medley dedicado a la tropicalia romántica (“Eu sei que eu vou te amar/a noite de nos dos”).» (Emol)

«Depuis la fin des années 60, la carrière de Soledad Bravo est d'une exceptionnelle richesse. Chanteuse autodidacte devenue à 18 ans une des icônes de la chanson engagée au Venezuela, Soledad Bravo ne s'est pourtant jamais laissé enfermer dans un registre musical, ce qu’elle aurait ressenti comme une entrave insupportable à sa passion des beaux textes. Enflammée, tendre ou mélancolique, la voix de Soledad Bravo incarne depuis trente ans le vaste répertoire de la chanson populaire latino-américaine. Elle a interprété ou adapté les plus grands auteurs d'expression espagnole du xxe siècle (Garcia Lorca, Rafael Alberti, Violeta Parra, Carlos Puebla, Silvio Rodrígues…) comme ceux du Brésil (Chico Buarque, Tom Jobim, De Moraes) et de France (Barbara). En près de 30 albums, Soledad a tout exploré: la contestation, la frénésie festive de la salsa et presque tous les folklores du nouveau continent. Accompagnée d'une simple guitare ou d'un orchestre afro-caribéen, sa voix se confond désormais avec celle du chant latino-américain.
Soledad Bravo revient en France après des années d'absence avec un nouvel album, Paloma negra, dédié à la mémoire de Barbara. Ce disque est en fait la réunion de 13 titres inédits enregistrés en 1979, puis entre 1995 et 2000 (sur la genèse de l’album, lire notre entretien). L'unité de cette collection de chansons est assurée par le timbre magistral de Soledad, le dépouillement des arrangements réalisés par Antonio Sánchez et la guitare de Dioni Velásquez, fidèle accompagnateur de la chanteuse. Le résultat est au-delà de toute critique. Ranchera, tangos, ou boleros, ces chansons populaires sont d'une beauté déchirante. Elles sont rendues avec une humilité et une urgence qui ne versent jamais dans le professionnalisme compassé de certaines divas de la chanson. Soledad est une interprète magnifique, d'une humanité sincère. Elle puise en elle le sang des émotions pures pour donner aux mots une chair sonore et éphémère. La vérité artistique, cette illusion vitale, est à ce prix.» (Chronicart)

Link in comments

3 comments:

Radu said...

http://sharebee.com/e1dbe954

Anonymous said...

MARABILLOSA VOZ LA DE NUESTRA SOPLEDAD BRAVO

muebles en salamanca said...

The chap is absolutely just, and there is no question.